retour à la liste

CORONAVIRUS: DECLARATION DE PATRICK CHAIMOVITCH À L’ATTENTION DES COLOMBIENS

25
Mar
2020

Colombes, le 23 mars 2020

CORONAVIRUS: DECLARATION DE PATRICK CHAIMOVITCH A L’ATTENTION DES COLOMBIENS

 

Madame, Monsieur,

Depuis la 1ere déclaration du Président de la République le 12 mars et celles qui ont suivi depuis, les Français ont pris conscience de la grave crise sanitaire qui traverse la planète et touche notre pays dans tous les gestes quotidiens.

Répondant aux directives gouvernementales, la municipalité, comme la plupart des communes, a fermé depuis le 16 mars les crèches, les écoles, les accueils de loisirs, les accueils du matin et du soir les aides aux devoirs et les cantines ; elle a instauré un service d’accueil pour les enfants des personnels soignants, accompagne les personnes âgées les plus fragiles (contacts téléphoniques, aide au maintien à domicile, extension du portage de repas aux personnes isolées, services de livraisons à domicile par des enseignes colombiennes de paniers repas (souvent des marques de ces enseignes, et ne correspondant pas toujours aux besoins de ces personnes), service de transport à la demande pour aller à la pharmacie ou chez le médecin.

Beaucoup de ces actions sont mises en œuvre avec dévouement par les agents communaux et les associations sans qu’ils comptent le temps passé. Je les remercie chaleureusement.

Il faut bien sûr saluer la mobilisation des personnels de l’hôpital Louis Mourier. Tous les soirs, à 20h, de nombreux Colombiens les applaudissent depuis leur domicile. Si ces encouragements ne leurs procurent ni masques, ni surblouses, ni matériels cela leur permet de savoir que toute une population est à leur côté. Il faut aussi saluer les personnels des EHPAD de Colombes qui travaillent dans des conditions particulièrement difficiles avec des populations extrêmement fragiles.

Enfin il faut saluer les médecins de ville, en nombre insuffisant, nos infirmières et toutes les professions paramédicales qui à Colombes et dans les communes voisines reçoivent ou visitent leurs patients dans des conditions complexes les conduisant parfois, la peur au ventre, à mettre leur santé en danger.

J’ai appris que plusieurs d’entre eux s’organisaient pour accueillir des patients potentiellement contaminés et organiser des consultations liées au coronavirus. Encore une fois, c’est surtout le manque de matériel qui ne permet pas à ce projet de se concrétiser immédiatement mais je suis persuadé que ce n’est qu’une affaire de jours. Qu’ils en soient remerciés à l’avance.

Il faut aussi saluer les policiers qui assurent, sans masques, le respect des règles de confinement, mais aussi les conducteurs de bus qui sont confrontés, malgré les précautions prises, à la diffusion du virus, ou encore les caissières des magasins.

Dans ce contexte, les Colombiens doivent se mobiliser pour continuer à lutter, chacun à sa manière, contre l’épidémie et soutenir les plus fragiles. J’appelle, quelles que soient les nouvelles mesures à venir, à la responsabilité et au civisme de chacun pour respecter le confinement.

 

Madame, Monsieur, Jeunes Filles, Jeunes Hommes,

Ne sortez pas de chez vous sauf en cas de nécessité. Il en va de votre santé, de celle de vos familles, de vos voisins. De vos vies.

Ne vous regroupez pas dans les halls d’immeuble et dans l’espace public.

Respectez les distances dans les files d’attente des commerces.

Si la majorité d’entre vous a, jusqu’à présent, respecté les règles de confinement, certains ont bravé les interdits par inconscience ou méconnaissance du danger. C’est irresponsable.
Rester chez soi en l’absence de la généralisation de test de dépistage, c’est sauver des vies.

 

Hier, N. Goueta a instauré un couvre-feu nocturne dans notre ville. Nous verrons plus tard l’efficacité de ce dispositif et si les effectifs peuvent intervenir avec le même nombre d’agents de jour comme de nuit.

 

Colombes doit, plus que jamais, donner l’exemple d’une ville solidaire où l’entraide est une priorité pour tout le monde, en particulier pour les personnes âgées, handicapées ou souffrantes, mais aussi pour les victimes d’un marchand de sommeil qui ont subi un incendie criminel et n’ont pas de solution pérenne de relogement pour l’instant, mais aussi pour les personnes isolées qui vivent dans la rue.

 

Je ne peux conclure sans avoir une pensée, un soutien pour les malades et leur famille. A celles et ceux qui ont perdu un proche, je m’associe à leur douleur et leur présente mes sincères condoléances.

Vous l’avez compris, c’est tous ensemble que nous surmonterons cette épreuve.

Je compte sur vous.

 

Patrick Chaimovitch,